Home » Île aux artistes » Résidences d’artistes

Résidences d’artistes

L’île Wrac’h est un lieu singulier entre terre et mer, propice à l’inspiration. Des résidences d’artistes ( entre 7 et 10) y sont  organisées chaque année. Des personnalités très diverses se sont succèdées dans la maison feu. Elles ont  pu apprécier  la tranquillité de l’île en automne ( 15 septembre au 30 octobre) ou au printemps (1 avril au 15 juin) avec des durées des résidences variant de quatre jours à un mois. La maison du Phare est ouverte à tout artiste ( ou groupe d’artistes) dont le dossier de candidature, comprenant son CV et son projet artistique, aura été retenu par la commission d’ IPPA.Ce dossier peut être envoyé à l’adresse de l’association ippa29@gmail.com  .Le calendrier se remplissant vite, le temps d’entente peut être de plus d’un an.

Témoignage de Mathias, résident en 2016, filmé par Vincent Cadoret et publié sur la chaine web de la culture bretonne Kub : https://www.kubweb.media/page/tempus-fugit-mathias-peintre-residence-vincent-cadoret-sophie-salleron-ouessant/
Ce film vous permet de voir la vie du résident pendant son séjour et de partager son quotidien et son ressentit.

 RÉSIDENCES 2018 :

Emmanuelle Montagnese, écrivaine, du 3 au 15 juin 2018:

Emmanuelle Montagnese  vient poursuivre  un long poème commencé sur une autre île en d’autres temps : nous la confions à la maison phare  et à l’île qui a si bien inspiré jusqu’ici nos résidentes.

 

Jessica Vuillaume, photographe, du 21 mai au 3 juin 2018 :

La photographe a un double projet  pour cette résidence : photographier son installation , apprivoisement de l’île par elle, d’elle par l’île  moment après moment . Et faire les photos pour illustrer une histoire, déjà écrite .

 

Kevin Quessette, photographe-plasticien, du 8 au 20 mai :

 

 

 

 

 

Kevin Quessette travaille au CNRS depuis trente cinq ans et avec trois métiers : photographe, horticulteur , et géo-chimiste. Parallèlement, il pratique  plusieurs activités artistiques : photo, céramique… C’est en temps que photographe qu’il vient passer  quelques jours dans la maison-phare .

 

 

Pauline Buzaré, cinéaste expérimentale, du 1er au 8 mai :

Le travail de Pauline Buzaré est basé sur une approche sensorielle entre le corps et le paysage. Cette expérience  est retranscrite dans ses films expérimentaux, installation vidéo, photographie et éditions, l’important étant « d’être là », une présence physique et mentale d’un corps qui se plonge dans la matière du paysage et lui donne vie à travers ses sens.

 

 

Anne Da Silva, plasticienne, du 15 au 29 avril 2018 :

La plasticienne et sculptrice Anne Da Silva transforme des matériaux souvent organiques, animaux ou végétaux collectés dans la nature en cherchant à faire émerger de nouvelles matières à la fois singulières et pourtant familières.  Les matériaux utilisés sont identifiables mais parce qu’ils ont été pressés, cuits, troués, grattés, tannés ou cousu, un doute s’installe, notre perception change et notre imaginaire dès lors embraye…Surgissent alors selon les sensibilités des mondes où l’on invoque la sorcellerie,les rites religieux, les objets archéologiques, les ouvrages de dames.

Elle va consacrer sa résidence à  préparer et coudre une partie des peaux de poissons qu’elle récoltera auprès des propriétaires de viviers plougernéens. Cette matière est destinée  à réaliser une série de sculptures (en peaux de poissons tannées). C’est le début d’un projet artistique transdisciplinaire « Veille » dont l’imaginaire est empreint de l’univers maritime .

 

Barbara Thaden, plasticienne, du 1er au 14 avril 2018:

 

Barbara Thaden qui partage son temps entre Paris et Cologne, vient pour la seconde fois. Son séjour en mai 2017 ayant paru prometteur, c’est elle qui assurera l’exposition du mois de juillet prochain. Elle retranscrit sur de grandes feuilles de papier léger les impressions ressenties lors de son séjour entre terres et mer. Et les ondulations des motifs qu’elle peint évoquent aussi bien la course des nuages, que la danse des algues sous la houle.

 

 

 

 

Dominique de Rivaz, écrivaine, cinéaste, photographe du 5 au 25 mars 2018:

La suissesse Dominique de Rivaz a réalisé un essai cinématographique et publié un ouvrage photographique sur le phare de la Choïna dans le Grand Nord Russe. Elle a poursuivit ce travail photographique ici.

Elle Partage son activité entre la réalisation ( longs métrages de fiction, films documentaires et courts métrages), l’écriture (romans), le journalisme , la photographie et le théâtre Elle est également reporter libre pour la Radio Télévision Suisse romande.

 

 

 

 

 

 

x

RÉSIDENCES 2017 :

  Jérôme Catrevaux du 23 au 27 octobre 2017 :

 

Jérôme Catrevaux artiste finistérien est connu pour ses paysages urbains. Mais, sentant l’habitude s’installer, il s’est éloigné de la ville plus ou moins consciemment, comme s’il lui fallait s’échapper, essayer autre chose. Il travaille en accord avec les lieux, c’est-à-dire les éléments naturels. Son travail associe le figuratif pour s’imprégner du lieu avec une recherche sur le rendu de l’atmosphère du lieu, moins narrative. Il a été gâté pendant sa résidence car le brouillard a enveloppé l’île plusieurs jours et le temps a été particulièrement humide.

Il utilise  acryliques et fusain pour les media et papier ou bois pour les supports. Ce travail étant présenté la plupart du temps tel qu’il est en sortant de l’atelier : sans encadrement avec son châssis fini. Un dépouillement qui lui convient.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le collectif Estampes de l’Ouest du 1er au 15 octobre 2017 :

 

Béa Névoux, Erik Saignes, Serge Marzin, Nicolas Lambert et Philippe Migné sont  réunit autour d’un projet commun :Promouvoir le beau métier de graveur – imprimeur d’art. Ils forment  le collectif Estampes de l’Ouest. Ces  cinq professionnels,toujours à la recherche de lieux improbables pour magnifier l’estampe, vont venir vivre quelques jours sur l’île Wrac’h pour découvrir, partager et travailler.

 Gilbert Caroff, plasticien du 18 au 30 septembre 2017 :

 

 

 

Le plasticien Gilbert Caroff, artiste diplômé en arts plastiques et enseignant à l’EESAB ( Ecole Européenne Supérieure d’Art de Bretagne) nous fait le plaisir de passer quelques jours dans le phare afin de travailler à un nouveau projet s’inspirant du cadre insulaire.

 

 

 

 

 

Valérie Penven, journaliste, photographe et écrivaine du 1er au 15 juin 2017

 

 

 

Valérie Penven, actuellement indépendante dans les relations-presse, l’évènementiel et la communication à Nice, est venue travailler sur des textes personnels pendant quinze jours sur l’Île. Pendant ces deux semaines, elle a écrit des « Chroniques en Wrac’h » et, très marquée par la disparition de nombreux lapins victimes de la myxomatose, a commencé l’écriture d’un conte d’inspiration écologique où ces mêmes lapins décident de prendre leur destin en main.

 

 

Barbara Thaden, plasticienne du 17 au 31 mai 2017:

 

 

 

Après avoir fait des expositions dans le monde entier dans les années 80, Barbara Thaden s’oriente désormais vers les créations textiles en travaillant notamment avec Karl Lagerfeld, Christian Lacroix ou Gérard Garouste. Sur l’île elle sera inspirée par les formes toujours changeante des algues et de la faune marine.

 

 Alain Pignan,plasticien du 8 au 14 mai 2017 :

 

Après une vie professionnelle active, Alain Pignan se consacre depuis 1992 a la peinture. Après être passé par le collage, il utilise maintenant la technique  de l' »assemblage » . Il aime aussi rajouter des textes, des traces d’écritures ou des tags sur le tableau.pour leur apporter un peu d’humanité et tendre une main  rassurante vers le spectateur.

Christine Pouquet  metteur de scène et écrivain de théâtre du 22 avril au 9 mars 2017 :

 

 

Elle revient  pour la deuxième fois. Durant sa première résidence elle avait trouvé la trame de son récit, cette fois, elle a achevé l’écriture de sa pièce portant sur la vie d’une curieuse famille isolée phare du bout du monde. Elle nous a fait le plaisir de nous lire des extraits, en duo avec le comédien Jean-Pierre Gaillard et ce fut un grand moment d’émotion.

 

 

 

 Rachel La Prairie  et Stéphanie Doroche, plasticiennes du 8 au 23 avril 2017:

 

Suite à leur résidence de 2015, l’ association IPPA , séduite par le travail de ces  plasticiennes finistériennes, les a inviter à installer  leurs œuvres dans le phare au mois de juillet 2017. C’est pour préparer cette  exposition que les deux jeunes femmes reviennent cette fois ci.

 

 

 

 

RÉSIDENCES 2016 :

dsc08524

du 16 au 31 octobre 2016 Anaïs Dunn, sculptrice :

Pour elle, toute nouvelle œuvre  » existe pour illustrer une impression de choses vécues ou ressenties, dans un endroit donné, à un moment tel”. Le choix du matériaux de la sculpture a lui même un sens et fait partie intégrante de son travail. Elle emploie  toutes sortes de matière qui lui permettent d’aborder l’écologie, la politique, la poésie. Chaque élément utilisé, de par sa nature, soulève les fils conducteurs de sa pratique que ce soit le verre soufflé ou l’aluminium d’une couverture de survie. “Tous ces matériaux sculptés sont prétextes et inhérents au mouvement, à l’impermanence ou liés d’une façon ou d’une autre à l’évanescence”
déclare l’artiste.

dsc08512

du 28 septembre au 12 octobre 2016 :François Jouault,auteur compositeur interprète.   

Membre de l’association « Lelongdutrain »  à Plouëc-Du-Trieux, Il possède un studio d’ enregistrement « Studio Jimi&Co » et participe à l’ organisation du festival  « ROUTE22 ». Il cherche un endroit pour finir de composer son prochain album qui devrait sortir fin 2016, « un lieu près de la mer, seul, et en pleine osmose avec la nature« . Il  vient accompagné de ses guitares sèches et de matériel d’enregistrement à pile ( la maison phare n’étant pas électrifiée)
« Ce serait un honneur de passer dans cet endroit magnifique et trouver la bonne inspiration pour composer de nouvelles musiques »nous dit-il.

Clip vidéo  https://youtu.be/Hh8tdfaQ9JE
Musique https://soundcloud.com/fjouault/trista
https://soundcloud.com/fjouault/ca-n-ar-mons
https://soundcloud.com/fjouault/over-the-rain-mix-def

 

 du 16 au 25 septembre 2016:Lisa Lacombe, comédienne et auteur.

 

lisa-lacombe  Elle désire profiter de son séjour pour écrire des chansons et de les mettre en voix et en musique. Pendant dix ans, elle s’est entièrement consacrée au théâtre, jouant dans des spectacles variées, aussi bien des spectacles de rues que des pièces présentées sur des scènes nationales. Elle a également  écrit  plusieurs  textes qui ont été mis en scène, mais elle s’est également essayée à des formats plus courts (des monologues et des chansons ). Elle a découvert la maison phare quand elle y a rejoint le musicien et compositeur Yann Simon ( Mi Alma) pour expérimenter une collaboration texte/chant avec lui. “Tout de suite j’ai senti qu’écrire dans ce lieu à part, isolé et relié à la fois, magnifique, serait pour mon travail un cadeau” nous confie elle.

 

 

 

 du 4 au 12 juin 2016:Irvi : créatrice de collage et écrivain

Irvi

 

 sites http://irvi.bzh et https://marindepapier.wordpress.com Elle a étudié les arts plastiques, l’histoire de l’art et la communication, et le voyage et la mer ont fait le reste. Elle a été maquettiste de presse à Paris avant de réaliser son rêve d’adolescente : venir vivre en Bretagne ! Sa technique préférée est le collage (papiers en tous genres!) sur divers formats qu’elle emploie pour la création de cartes postales et de carnets de voyage . Elle utilise aussi l’aquarelle sur le vif et la photographies et, bien sur, son autre grande passion : l’écriture. Elle vient pour : “ se laisser inspirer, envahir, essorer, souffler et essouffler par les lieux. Pour être traversée par tout cela, et restituer tout cela… »

irvi-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • du 16 au 30 mai 2016  :DSC04648Mathias, artiste peintre et photographe

  • Il vient pour la deuxième fois et exposera en août  le résultat de ses deux résidences qui  lui ont  permis d’apprivoiser les lignes, les courbes, les volumes et  les couleurs de la maison phare. Lui  qui aime mettre en  valeur des objets du décor urbain auxquels personne ne prête attention  a trouvé un sujet de choix dans ce phare du XIX ème,  construit pour des raisons utilitaires et dont les bâtiments maintenant ont perdus leur usage premier, celui d’abriter la famille du gardien( notons que la lanterne automatisée est toujours utilisée et entretenue par les Phares et Balises). Ses œuvres sont toujours géolocalisées.Mathias

 Le temps est à la fois créateur et destructeur. Il est précieux, j’ai compris qu’il ne fallait pas essayer de le maîtriser mais l’accompagner et de vivre avec. Le peintre Mathias a été profondément marqué par ce séjour sur l’île de Wrac’h.. Lire la suite sur KuB : https://www.kubweb.media/page/tempus-fugit-mathias-peintre-residence-vincent-cadoret-sophie-salleron-ouessant/

 

C'est quoi ton truc Tandem 136 048 (2)

 du 22 avril au 9 mai Christine Pouquet écrivian de théatre et metteuse en scène.

Basée en région parisienne, elle a joué dans de nombreuses pièces  et a tourné pour la télévision et le cinéma. Elle est aussi  réalisatrice de documentaires. Maintenant, elle se consacre surtout à la mise en scène de spectacles qui tournent dans la France entière. Sa dernière création “ Neige Noire, variation sur la vie de Billie Holliday” a été présentée à la Cartoucherie de Vincennes et au Festival d’Avignon en 2015 et sera jouée dans de nombreuses salles durant la saison 2016-2017.

C’est pour “échapper” à cette activité passionnante mais débordante associée à une vie familiale épanouie mais prenante que Christine Pouquet a demandé à faire une résidence à la maison feu. Elle ressent le besoin de s’isoler pour écrire sur un thème qui l’attire depuis longtemps : la figure du gardien de phare coupé du reste du monde.

 

 

oim

  • du 1er au 15 avril :

Richard Tusseau, plasticien

(son site leventredumoulin)  Il  est attiré par le paysage entourant l’île Wrac’h , en particulier par l’estran et le menhir de Meanozac’h ( le Patriarche). »Ce qui se passe entre l’atelier et le paysage est pour moi primordial et c’est cette circulation qui m’intéresse. Pour moi la peinture est liée à la mémoire (Mnémosyne est la mère des muses !). Et c’est une relation au temps. Le travail est long et laborieux (Luc est le patron des peintres et des laboureurs !). En atelier, j’utilise parfois un papier japon, en peignant sur du verre ou du zinc. Les processus suivants sont multiples. Les « Monotypes » obtenus peuvent se superposer et se mixer à différentes techniques. La méthode est  importante, alors que l’’intention n’existe pas. La sensation oui. L’océan agit en donnant à l’homme le sentiment de ne pas être tout à fait chez lui. Je crois que ce sentiment apporte beaucoup à la peinture !”

bleu 89 - copie

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RÉSIDENCES 2015 :

Du 24 octobre au 2 novembre 2015 : Rachel La Prairie et Stéphanie Doroche, plasticiennes

 

site : rachellaprairie.com

DSC05579

Rachel la Prairie  rachellaprairie.com et Stéphanie Doroche sont deux jeunes plasticiennes qui vivent et travaillent en Bretagne. Inspirées toutes les deux par la nature où elles collectent fibres, racines, feuilles, fleurs ou graines, leurs œuvres, très végétales, sont empreintes de douceur féminine et de sérénité. Les deux artistes ont été ravies de se confronter à l’insularité et à l’univers marin, en ce lieu si particulier qu’est la maison-feu de l’île Wrac’h. Après la résidence, Rachel la Prairie exposera à la salle Armorica de Plouguerneau du 15 février au 11 mars 2016

 Rachel (10)

Du 12 au 23 octobre 2015 : BRUNO GENESTE et PAUL SANDA, poètes et éditeurs

bruno paul (2)(1)Installé dans le Tarn, Paul Sanda est écrivain, performeur et éditeur. Il a édité surtout de la poésie, des livres d’art, des auteurs scandinaves et des ouvrages d’ésotérisme, soit cinq cents titres en vingt ans.

Bruno Geneste est également poète et dirige depuis cinq ans la maison de la Poésie à Quimperlé. Il organise le Festival de la parole poétique en mars.

Bruno Genestre et Paul Sandra sont amis, travaillant ensemble depuis longtemps. Ils ont déjà partagé une résidence à Ouessant pour y écrire  » l’Ermitage des grands vents », un essai sur l’insularité.

Pendant leur résidence sur l’île Wrac’h, ils ont un double projet : un recueil de poésie sur les zones iliennes, véritable expérience d’écriture à quatre mains, et un roman policier décalé dont l’action se déroulera sur l’île Wrac’h. Un rendez-vous est d’ores et déjà pris pour le mardi 8 mars, afin de présenter les deux ouvrages à la médiathèque de Plouguerneau et de raconter cette expérience.

 Du 2 au 11 octobre 2015 : LISA LE GOULVEN et MARIE-JOSEE PEUTIN, plasticiennes.

DSC05252

marie-josée

 

Lisa Le Goulven et Marie-Josée Peutin, toutes deux plasticiennes, ont rejoint l’île Wrac’h par un bel après-midi ensoleillé d’automne.

La principale source d’inspiration de Marie-Josée Peutin est la nature, qui lui permet de traduire, à travers ses peintures, un monde mystérieux et omniprésent. Elle aime dessiner et peindre sur site, lors d’escapades dans des lieux où la magie existe.

Lisa, elle, cherche à donner à voir son temps intime de peintre en utilisant couleurs et matières pour restituer la lumière.

 

 

Du 15 au 28 septembre 2015 : LEONOR CANALES  auteur, metteur en scène et comédienne.

son site : www.apetitpas.fr

Léonor Canalès

Après un premier séjour en 2012, l’auteur, metteur en scène et comédienne Léonor Canalés est revenue du 15 au 28 septembre 2015 pour préparer son nouveau spectacle. Fondatrice de la compagnie A petit pas, elle propose un théâtre puissant où l’engagement physique et émotionnel sont  sans concession.

Voici ce qu’elle écrit à propos de son séjour sur l’île :

« Il y a des lieux dans lesquels on voudrait se perdre !Disparaître du monde et des autres pour mieux les retrouver après.Délesté du poids de nos lâchetés, lavé par les vagues, rempli de lumière…Il y a des lieux qui sont un APPEL ! Appel de l’infinie beauté de l’horizon.Appel vers ce qui est essentiel, juste, peu… pas grand chose et pourtant, si vrai.Si puissant d’évidence que nos « paraîtres » s’effondrent, s’émiettent comme un château de sable. WRAC’H PETITE MAISON BLANC-ROUGE-SEMAPHORE-PULSATION-COQUILLE !Vous pouvez également trouver des extraits de son journal de bord de 2012 dans la rubrique : Archives.

Du 15 au 31 mai 2015 : MATHIAS : plasticien

www.mathiaspeintre.wix.com

 

DSC04648

L’artiste brestois Mathias photographe et dessinateur, donne une deuxième chance aux lieux oubliés.Son projet était de tester l’isolement et la solitude afin de revenir au sources de son inspiration.Mathias (4)

 

 Du 27 avril au 10 mai 2015 : CLÉMENTINE PACE : plasticienne.

Clémentine Pacé

Venue de Bordeaux, Clémentine Pace ( son nom signifie Paix), est une artiste complète : graveuse, réalisatrice de décors, et même peintre pour la grotte Chauvet.

Son projet était de s’inspirer des dépôts de l’estran aussi bien naturels : végétal ou animal, qu’artificiels : outils rouillés, bouteilles…clementine

 

 Du 5 au 25 avril 2015 : OLIVIER  BRESTIN : photographe voyageur.

son site : www.olivier-brestin.com

olivier-brestin-en-residence-photographique-sur-lile-wrach

 

Photographe de voyage, Olivier Brestin consacre son travail à l’interculturalité et nous fait découvrir des régions du monde, des populations et leurs modes de vie. Il a travaillé aussi bien pour l’UNESCO que pour des institutions locales pour laquelle il a réalisé des portraits géants sur les métiers de l’artisanat.

Ses projets étaient multiples :

-Prendre quotidiennement pendant 21 jours des photos  à marée haute quand l’île est encerclée par la mer, afin de rendre visible ce que la plupart des visiteurs ne voit jamais  et en faire un film accéléré autrement dit un time-lapse.

– Réaliser six panoramiques couvrant la circonférence de l’île destinés à être imprimés sur du PVC et à être exposé en extérieur.

– Faire un reportage photo sur les artisans locaux en particulier les travailleurs de la mer.

Il projette également d’illustrer un livre sur les Abers.

 

RÉSIDENCES 2014

12 résidences d’artistes  :

– Robin Le Berre dit Nibor, graphiste, venu à deux reprises en Janvier puis Avril, deux séjours qui lui ont permis de travailler sur l’exposition qu’il a présentée au mois de Juillet. Une restitution qui a attiré plus de 800 visiteurs.
– Paula Villarroel, peintre qui a travaillé du 1er au 28 février, ce qui nous a démontré qu’il était possible de survivre dans le phare dans des conditions extrêmes, mais ce qui ne l’a pas empêchée de faire un travail remarquable autour
des algues.
– Le Phare des Équinoxes, collectif d’artistes rencontré l’an dernier à Ouessant au festival du livre insulaire et qui a séjourné à deux reprises, aux deux équinoxes,pour préparer un coffret qui sera présenté au printemps 2015. Ce coffret contiendra un cahier par artiste, comme ils l’avaient fait pour le phare des Solstices au phare Bressay, dans les Shetland.
– du 23 au 25 avril, ce sont les élèves du lycée de Lesneven qui sont venus réaliser leur projet de Land ‘Art : « Varech en Wrac’h » qui a donné lieu à une restitution dans la galerie d’art de leur établissement.
– Isabelle Elizeon, (24 au 29 mai) écrivain et metteur en scène de la compagnie Lasko est venue travailler son prochain spectacle.

– Jacques Ibanez, poète, écrivain et chanteur a quitté les rives de la Méditerranée vient poursuivre un travail commencé depuis quelques années sur la Bretagne. Sa venue a été l’occasion de deux soirées
publiques, de chaque côté de la rivière : une au Brennik à Landéda, l’autre à la médiathèque de Plouguerneau. Il a fait parvenir au président son journal, accompagné de vingt poèmes et de deux chansons.
– Yann Simon, du groupe Mi Alma est venu travailler du 20 au 25 octobre à des adaptations de poètes bretons dans la perspective d’un possible enregistrement avec sa complice Sarah Floch, Mi Alma, étant par ailleurs venu sur l’île au mois de Juillet pour un concert de Fado, qui avait été suivi d’un apéro sangria. Mi Alma.
– Dom Gray est intervenu les 11 et 12 octobre dans l’atelier du potager, pour présenter son projet d’installation prévu en 2015.
– Odile Kayser (9 au 17 novembre) enfin, artiste peintre, qui a exposé à l’Armorica.
–  Mat Jacob, qui a tourné avec son équipe un court métrage de fiction : « Des îles », un projet qui a pu voir le jour grâce à une aide conséquente de la Communauté de Communes et de la Commune de Plouguerneau. Ce film a été par ailleurs présenté en avant-première à l’Armorica, avant une projection aux « Studios » à Brest. L’accueil chaleureux et le nombre important de spectateurs augurant bien de sa future carrière dans les prochains festivals, car au-
delà de cette histoire bouleversante de trois vies cabossées qui se retrouvent, c’est aussi une ode magnifique à notre région, a-t-il souligné.

RÉSIDENCES 2013

 

Cette année 7 artistes ont été accueillis en résidence : quatre au printemps et trois en fin de saison en septembre et octobre :

  • le poète Jean-Albert Guénégan pour la préparation d’un coffret poésie-estampes en collaboration avec Jean- Pierre Blaise,
  • Annie Lauras qui se définit comme plasticienne du vivant et qui a invité les membres de l’association à la rencontrer pour parler de sa démarche et déguster des produits gastronomiques qu’elle avait eu la bonne idée d’apporter avec elle,
  • la compagnie Dérézo de Brest qui est venu sur l’île préparer le spectacle itinérant qu’elle proposait dans le cadre de « Paroles en wrac’h »,
  • l’auteure dramatique Karin Serres qui bouclait une série de résidences en Bretagne pour écrire un spectacle qui vient d’être mis en scène et qui sera joué à Plouguerneau l’année prochaine. Cette résidence a été organisée en collaboration avec la commune de Plouguerneau et s’est achevée par une lecture publique à la médiathèque.
  •   Dom Gray, artiste plasticien, photographe et sculpteur qui a posé son sac sur l’île en septembre,
  •   Nibor, illustrateur et photographe qui sera l’un des invités de l’association pour les expositions de cet été
  • Matthieu Dutertre, peintre est venu travailler à l’exposition qu’il a présentée cette année en août.